«Les Hommes du président»

Viens de revoir l’excellent «All President’s Men» («Les Hommes du président») de Alan J. Pakula, avec Robert Redford et Dustin Hoffman.

Dans notre contexte actuel, ce film vous donne une claque sur plusieurs niveaux:
1)
A l’époque de la sortie de ce film (1976), on ne prenait pas le public pour un imbécile. Et dieu que c’est rafraîchissant.
2) On pouvait parler de stratégies politiques cachées sans que ce soit taxé de sobriquets négatifs et jugeants. Imaginez ce film sortir aujourd’hui: beaucoup de gens se jetteraient dessus tous crocs dehors.
3) L’énormité de la fraude (afin de réélire Nixon) est tellement vaste que déjà à l’époque, c’était « trop gros pour être cru ». Cela a impliqué toutes les agences gouvernementales américaines. Imaginez ce qu’il en est aujourd’hui, avec la « crise » du Covid, l’élection de Bidon et la manipulation de l’opinion publique par les médias.
4) Le contraste de finesse et de complexité qu’il montre avec les productions actuelles est abyssal. Que ce soit dans le propos, la technique, les comédiens. D’ailleurs, avis aux photographes: revoyez ces films, ce sont des écoles d’économie, de sensibilité, d’intelligence du point de vue. Chaque plan a un sens, le choix de la prise de vue sert à dire quelque-chose.

Raconter ce qui est vrai

De nos jours, nous sommes bombardés de simplifications: gentilles victimes et méchants complotistes. Ce n’est pas normal.
Le monde est complexe et le réduire ainsi ne permet pas de l’améliorer. Le cinéma des années 70 est rempli de films qui nous le rappelle. Replongez dans ce passé qui nous met en pleine face ce que nous ne voyons plus.

A chaque fois je revois un film des années 70, je suis sidéré à quel point une bonne partie des films actuels sont pauvres, vides et se perdent dans la forme et la frénésie.
Le cinéma, quand il se perd dans le visuel, les effets, les jolis comédiens, les scénarios qui ne portent aucun message, ce n’est plus du cinéma. C’est de l’amusement régressif.
Le cinéma porte en lui la possibilité de nous toucher au plus profond de notre être en nous faisons vivre l’histoire de leur protagonistes. Voir une être humain vivre à l’écran peut être vécu presque aussi fort que si nous le vivions nous-même. Mais surtout, il peut nous transformer quand le message qui soutient l’histoire est juste et vrai. Sur les individus, sur les relations, sur la société, sur le monde, sur la Vie et les lois naturelles.
Voilà le plus grand challenge de notre temps culturel: Car la vérité est oubliée de nos jours, et la dire dans un océan de mensonges est un acte révolutionnaire.